• lapin cassé

     

    Lapin rongé.


  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Août 2008 à 16:11
    Lapin de Pâques
    Croqué l'ourson...dans un bain de chocolat, bientôt la résurection, miammm.
    2
    Samedi 9 Août 2008 à 20:40
    oui vincensoif,
    Après avoir exposé le contexte dans lequel sont étudiées les figures des ressuscités peintes sur les murs d’édifices italiens au cours du XVIe siècle, leurs émotions et leurs expressions, on présentera l’ensemble des sources textuelles qui permettent de repérer ces caractères des ressuscités que les traits de leurs visages ‘comme leurs gestes’ visent à exprimer dans les images. Aux écrits scripturaires et principaux passages de la liturgie viendront s’ajouter les textes de la patristique et les commentaires des théologiens. Puis les documents littéraires, d’inspiration poétique ou théâtrale, qui mettent en scène ces acteurs du Jugement dernier, et enfin les enseignements de la prédication. Dans un deuxième temps, on abordera la manière de peindre ces émotions particulières et les codes alors utilisés par les artistes. On partira ici d’une série d’exemples considérés comme représentatifs des différents choix artistiques apparus en Italie centrale et septentrionale pour représenter les protagonistes de la scène du Jugement. Ceci afin de montrer comment a pu se mettre en place un système de signes picturaux ou graphiques destinés à traduire les sentiments et réactions des ressuscités face au verdict. On se demandera dans quelle mesure les traités de physiognomonie contemporains ou les réflexions apparentées à ces écrits ont pu être connues des artistes recensés et influencer leur création. Si elle reste souvent encore modeste dans ces scènes, l’animation des figures connaît une évolution au cours du siècle, suivant un goût croissant pour le portrait. Pour finir, on cherchera à interpréter cette mise en lecture des visages: l’attention pour les expressions du visage, perçus comme signes, rejoint un questionnement de l’identité et un intérêt pour l’observation de l’homme que ces peintures révèlent en plusieurs occasions et en différents niveaux. Chaque partie du corps, mais surtout du visage, permet de déceler les tendances à développer tel vice ou telle vertu. Ce sont donc des instruments précieux pour reconnaître dans les peintures les figures des bons comme celles des mauvais et distinguer ainsi les justes des pécheurs. Leur emploi était particulièrement pertinent pour décrire les ressuscités, selon leur statut et leur rétribution.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :